Batelier - Marinier (H/F)

Au fil de l'eau, marchandises ou voyageurs à son bord, un batelier-marinier a plusieurs cordes à son arc puisque, en plus de la conduite, il réalise des tâches techniques, commerciales ou administratives. 

Vous aimez travailler dehors, prendre votre temps, être votre propre maître… alors faites comme moi, choisissez le métier de batelier qui vous permettra de naviguer sur les fleuves de France et d’Europe.

Témoignage de Aurélien F., batelier

Autres appellations

  • Batelier fluvial 
  • Marinier fluvial 
  • Marin fluvial 
  • Matelot de la navigation fluviale

Le métier

Le batelier (ou marinier) pilote un bateau fluvial, une péniche, un pousseur ou un convoi fluvial naviguant sur le réseau des voies navigables intérieures (lacs, canaux et rivières), avec lequel il réalise le transport de marchandises, essentiellement des produits lourds et denses comme les céréales et semences, minerais et déchets métallique, acier, matériaux de construction (sable, ciment), mais aussi palettes, conteneurs, automobiles, parfois de matières dangereuses et de déchets ménagers. Il peut également :  

  • effectuer des tâches techniques, commerciales ou administratives 
  • diriger et surveiller les opérations de chargement et déchargement en guidant le grutier qui remplit sa cale et s’assurer du bon équilibrage de la péniche 
  • participer à tous les travaux de réparation et d’entretien du bateau : coque, cale, pont, machinerie 
  • surveiller le ravitaillement en carburant, vivres et matériel, 
  • appliquer les mesures de sécurité et d'hygiène, 
  • démarcher de la clientèle potentielle, rechercher de nouveaux marchés et gérer la relation clientèle 
  • assurer le suivi comptable des recettes et des dépenses, le suivi de la situation fiscale de l'entreprise… 

Un batelier peut aussi faire du transport de voyageurs, le tourisme fluvial ayant pris un réel essor. Il peut ainsi être amené à : 

  • Contrôler l'embarquement/débarquement des passagers, 
  • Décrire des monuments d'une ville, 
  • Effectuer le service de restauration à bord, 
  • Mettre en place les mesures d'urgence en cas d'incident et alerter les services concernés. 

Environnement de travail

  • Le statut d'artisan permet au batelier d'être propriétaire de son bateau. Travailleur indépendant, ses conditions de vie sont proches de celles des personnes itinérantes. En fonction de la taille de son bateau et de son entreprise, le batelier peut travailler seul, avec son conjoint, ou avoir sous sa responsabilité des collaborateurs salariés. Si le transport s’effectue en convoi constitué de barges et d’un pousseur, l’équipage est plus important et organisé en quarts (équipes) qui surveillent la navigation à tour de rôle. 
  • Le batelier salarié d'une flotte industrielle, quant à lui, travaille sous les ordres d'un patron. En ce cas, le travail se fait par roulement d'équipes, selon un rythme dépendant du type de bateau (tous les 7 jours en moyenne). 
  • Le métier de batelier marinier demande une forte mobilité, des déplacements, une présence fréquente en extérieur et une exposition aux intempéries. Paradoxalement, la vie du marinier se passe aussi sur la péniche dans un espace clos et souvent bruyant en raison de la proximité des moteurs. Plusieurs situations ou nuisances peuvent être considérées comme des facteurs de pénibilité : agents chimiques dangereux (ACD), bruit, équipes successives alternantes, manutentions manuelles de charges, postures pénibles, températures extrêmes, travail de nuit, travail répétitif, vibrations mécaniques. 
  • Demandant une grande patience, le travail du batelier se fait sur des horaires aléatoires, semaine et week-end travaillés
  • Le transport fluvial est le mode de transport le plus respectueux de l’environnement : un bateau pollue peu, il peut charger une quantité considérable de marchandises et fait peu de bruit. C’est un mode de transport efficace : un batelier transporte au minimum l’équivalent de 14 camions et peut aller, dans le cas de grands bateaux, jusqu’à 360 camions  

Qualités et compétences requises

Compétences techniques et professionnelles : 

  • Procéder aux manœuvres d'amarrage/largage d'amarres, de mise en fonctionnement et de conduite du bateau en lien avec l'équipage  
  • Détenir les compétences techniques dans le domaine fluvial 
  • Connaître la réglementation fluviale et celle du transport de marchandises 
  • Déclencher les mesures d'urgence en cas d'incident 
  • Maîtriser l'utilisation de matériel de navigation (GPS, VHF, radar, ...) et le matériel de levage 
  • Réaliser les opérations de maintenance 
  • Connaître la géographie des fleuves, canaux et ouvrages sur voies d'eau 
  • Avoir de bonnes bases en gestion administrative 
  • Capacités d’attention soutenues (bonnes vue et ouïe recommandées) 

Compétences comportementales :

  • Résistance au stress 
  • Aisance relationnelle (spécialement pour l’activité touristique) 
  • Travailler en équipe 
  • Adaptation - Polyvalence 
  • Patience 
  • Autonomie  
  • Sens commercial 

Evolutions

  • La filière offre des débouchés variés et évolutifs, aussi bien dans le transport de marchandises que dans le transport de passagers :
  • Un marinier salarié peut franchir des échelons hiérarchiques et de devenir capitaine de péniche. 
  • Un batelier peut aussi évoluer vers le tourisme fluvial, en plein développement ou vers un emploi sédentaire chez un chargeur.

Quelle rémunération ?

  • Le salaire d'un batelier fluvial débutant varie entre 1 500 et 2 000 euros bruts mensuel (soit entre 18 000 et 24 000 euros bruts par an) 
  • Un capitaine débutant reçoit aux alentours de 1 800 € bruts par mois (21 600 euros bruts par an) 

Comment y accéder ?

Autres métiers

NégocierNégocier

Agent maritime / Agente maritime

L’agent maritime ne doit pas forcément avoir le pied marin mais un sens de l'organisation indispensable pour assurer l'expédition et l'arrivage des marchandises. Peu connu, ce métier constitue l’un des postes clés du transport maritime ! 

Besoin d'un conseil ?

Vous avez une question concernant les métiers, les filières de formation, les dispositifs ou les lieux d’information ?

Téléchargez l'application mobile Choisis ton Avenir

Simple, pratique, géolocalisée